architecture-design

Escalier sur mesure : comment bien le choisir ?

Escalier sur mesure

Actuellement, l’escalier devient tout autant un outil fonctionnel qu’un art décoratif qui contribue au charme de la maison. Le choix de son design représente donc un grand deal pour les constructeurs. La décision repose cependant sur l’emploi de l’escalier et le rendu que l’on cherche. Il y a les escaliers standards préconçus, mais il y a également les escaliers sur mesure. Cette sélection peut dépendre du modèle d’escalier et des différents critères de l’environnement.

Escalier droit

L’escalier droit est le plus ancien mode d’accès entre deux étages. Un escalier droit longe un mur. C’est un modèle standard qui comporte des marches uniformes et une rampe. Son esthétique tend à la modernité, mais l’escalier droit reste pourtant un type d’escalier traditionnel. Néanmoins, il demeure très original et peut être modifié de manière à révéler un design plus contemporain.

Un escalier sur mesure droit se fabrique avec ou sans contremarche. Les contremarches assurent plus de sécurité et donnent une image plutôt rustique au décor. Bien planifiées, elles ont la possibilité de dissimuler de petits placards de rangement sous l’escalier. D’autre part, l’absence de celles-ci apporte une touche de finesse et une meilleure circulation de la lumière à travers la maison.

L’escalier droit est le modèle le plus simple à fabriquer et à installer. Pour une maison hébergeant des enfants, c’est le choix idéal d’après ses marches sécurisantes et régulières. De plus, son prix est abordable, ce qui est une donnée importante pour tout le monde.

Son plus grand inconvénient réside dans le fait qu’il occupe beaucoup d’espace. Entre la recherche de la pente idéale et de la largeur des marches adéquates, la surface qu’elle utilise est généralement encombrante, surtout pour une petite maison. Dans tous les cas, des professionnels proposent des études et des installations d’escaliers sur mesure à Bruxelles.

Escalier tournant

Pour réduire la surface occupée par un escalier tout en gardant sa contribution au décor, l’escalier tournant figure dans les premières listes. Il existe trois types d’escaliers de ce genre que vous pouvez découvrir :

Effectivement, ce type d’escalier vise à réduire l’espace couvert par celui-ci. Il s’immisce facilement dans les coins et élimine les angles morts qui sont contre l’économie d’espace. Son installation requiert une attention particulière afin d’équilibrer son image et assurer sa durabilité (nombres de marches, hauteur des contremarches, dimensions…). Toutefois, son prix s’avère plus élevé que l’escalier droit.

Escalier hélicoïdal

L’ultramoderne a tendance à s’inviter dans les foyers. Pour harmoniser parfaitement l’escalier avec ce style, l’option hélicoïdale offre le meilleur rendu. Il est aussi connu sous le nom d’escalier colimaçon. L’escalier hélicoïdal, de nature très légère, offre plus d’accessibilité visuelle à l’ensemble du milieu. Les marches se rassemblent autour d’un mât vertical. Il se retrouve soit à l’extrémité de l’escalier soit au milieu de celui-ci, où les marches y forment un spiral constant ou évolutif. Le design peut encore varier de maintes façons, selon les imaginations. Le point commun réside dans la privation de contremarche.

À défaut de mât, l’escalier peut juste être supporté par des limons (soient les parties rampantes qui supportent les marches d’un escalier). Ce type d’escalier combine parfaitement le design, l’accessibilité et l’optimisation d’espace.

Puisque l’installation est de forme circulaire, son choix de placement est très large. Elle peut s’implanter au beau milieu d’une pièce, sans toutefois l’encombrer. Ce modèle ne requiert pas le soutien d’un mur et occupe très peu de place. Il existe aussi l’escalier hélicoïdal carré, qui présente les mêmes caractéristiques que le rond, à sa forme près. Le carré se place de préférence dans les endroits angulaires, mais garde tout de même sa caractéristique commode. Effectivement, la surface occupée par ce type d’escalier peut se réduire jusqu’à 1,5 m de diamètre seulement.

Pour acquérir ce design moderne, le budget à préparer reste assez élevé. Le modèle ne se rencontre pas couramment et sa fabrication demande beaucoup de délicatesse. D’autre part, le transport d’objet volumineux comme les meubles devient difficile avec ce genre d’installation.

Des escaliers pratiques et designs

L’insuffisance d’espace tout en voulant garder une jolie allure à la maison est souvent les raisons pour lesquelles on décide d’utiliser des types d’escaliers suivants. Ces modèles sont accessibles, occupent très peu de place et apportent toujours une touche d’esthétique.

Escalier suspendu

Idéal pour les amateurs de voltige, ce modèle donne l’impression nette de flotter, car il ne comporte pas de rampe, de contremarche ou de pilier. Les marches sont bien fixées dans le mur. Son emménagement est des plus sophistiqués et ses coûts le sont aussi. Il reste néanmoins dangereux d’avoir recours à ce type d’escalier en présence d’enfants dans la maison, car il ne possède aucune barrière de sécurité.

Escalier à pas japonais

Le style japonais propose une asymétrie des marches. Il est aussi appelé « escalier à pas décalé ». Ce type d’escalier se rapproche un peu plus de l’échelle à cause de sa raideur. Il reste pourtant mieux stylé que l’échelle de Meunier et s’avère souvent choisi pour éviter la monotonie de cette dernière. L’idée de l’escalier à pas japonais est de faire le premier pas avec le bon pied, afin de terminer paisiblement la marche. Autrement, une faute d’inattention peut provoquer facilement un accident avec ce type d’escalier. Il reste cependant l’idéal pour combiner esthétique et praticité.

Escalier escamotable

Ce modèle s’installe souvent avec les caves et les greniers. Il peut être utilisé comme escalier escamotable extérieur. Le manque d’espace constitue l’usage courant de cette installation. Elle est personnalisable, mais assez malcommode du fait qu’il faut la déballer afin d’obtenir un passage.

Le choix en fonction du matériau

Les ancêtres de la fabrication d’escalier utilisaient le bois comme matière principal. Cette tendance se préserve jusqu’au temps présent. Néanmoins, l’usage du métal attire de plus en plus l’attention. Il ne s’agit pas uniquement de la durabilité de la construction, mais aussi du design qu’apporte ce modèle d’escalier à l’ensemble du décor.

Le bois incarne l’art brut de l’escalier. Un large choix de bois se présente maintenant aux consommateurs, dépendant de leurs envies et de l’environnement de pose de l’escalier. Pour une installation à l’extérieur ou des perspectives de longues durées : les plus résistants sont le frêne, le hêtre et le chêne. L’essence de celui-ci constitue aussi un critère de choix. Un intérieur clair s’harmonise parfaitement à l’érable ou la rosée du hêtre. On peut également garder le brun traditionnel du chêne qui s’adapte souvent à tout type de décoration et de nuances. Au cas d’un budget serré, le sapin reste le plus économique de tous pour un escalier en bois.

Actuellement, le métal apparaît dans tous les grands designs de décorations intérieures. Inox, alu, acier : un escalier en métal possède l’avantage d’être résistant et très modernes. Bien qu’il soit délicat, le verre obtient aussi sa place dans les matériaux de fabrication d’escalier. Il révèle un goût épuré et raffiné, à condition d’être entretenu régulièrement. Les escaliers fabriqués en pierres deviennent de plus en plus prisés à cause de leurs styles vintage et de leurs durabilités. La difficulté réside au niveau de son installation et des frais qui s’y affèrent. Pour le même effet, on peut également user du béton. 

Quitter la version mobile